...quel tuffo nella Valle d'Itria in sella a vecchie bici da corsa

la vallée d'Itria

La Vallée d’Itria est une portion du territoire des Pouilles centrales entre la ville métropolitaine de Bari et les provinces de Brindisi et Tarente . Son territoire coïncide avec la partie sud du plateau des Murge : à proprement parler, c’est la dépression karstique qui s’étend entre les communes de Noci, Alberobello, Locorotondo, Cisternino et Martina Franca. La principale particularité de la vallée sont les trulli , maisons en pierre typiques et exclusives en forme de cône, les fermes et le paysage rural généralement caractérisé par la forte utilisation de la pierre locale utilisée pour construire des murs en pierre sèche et le sol rouge vif, typique du sud des Pouilles.

Noci

Le centre historique de Noci se caractérise par des gnostre , des cours ouvertes sur les ruelles, et par d’étranges entonnoirs. En automne, le centre historique s’anime de couleurs et de parfums de vin nouveau et de châtaignes.

L’ église mère de Noci

L’ église mère de Noci est dédiée à Santa Maria della Natività , elle a été construite en 1316 à la demande de Philippe Ier d’Anjou après avoir échappé à une violente tempête en s’abritant sous un noyer, ici la Madone lui est apparue et depuis lors l’habité zone de Noci a obtenu ce nom. Il abrite de nombreuses œuvres dont des fonts baptismaux du XIVe siècle, une Vierge à l’enfant attribuée à Stefano da Putignano et 14 toiles du XVIIIe siècle représentant la Via Crucis. En face se trouve la Tour de l’ Horloge ou Tour Civique achevée dans les premières décennies du XIXe siècle.

A un peu plus d’un kilomètre du centre habité, l’église du même nom s’élève près de la Masseria Barsento qui était autrefois un couvent ; cela a été érigé en 591 à la demande du pape Grégoire le Grand. L’intérieur présente un plan basilical avec des voûtes en berceau dont la structure est similaire à celle des trulli, il est à noter que la technique de construction se développera dans la région environ un millénaire plus tard.

ABBAYE DE SANTA MARIA DELLA SCALA

En direction de Gioia del Colle, à environ 6 kilomètres de la ville se trouve l’ abbaye de Santa Maria della Scala , le complexe, construit en 1930 a été construit à proximité d’une ancienne église du XIe siècle, dont l’actuelle, de style roman des Pouilles , conserve le portail. Il est actuellement habité par une vingtaine de moines bénédictins et à l’intérieur se trouve un important laboratoire de restauration de livres anciens.

(source Puglia.com )

Alberobello

C’est un site du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1996 avec ses mille trulli qui poussent entre les rues escarpées. La gastronomie locale propose des douceurs d’amandes, pettole, cartellate et amaretti.

RIONE MONTI ET LE TRULLO SIAMOIS

Le quartier Monti est déclaré Monument National depuis 1910, c’est ici que se trouvent la plupart des trulli de la ville, dans le quartier les anciens bâtiments sont principalement utilisés à des fins commerciales et sont disposés sur 8 rues parallèles. Le trullo siamois est parmi les plus anciennes de la ville, sa construction devrait remonter à 1400, la particularité de cette maison est qu’il s’agit d’un double trullo, avec deux cônes et deux entrées de routes différentes, la légende liée à cette construction raconte qu’elle était habitée par deux frères qui, pourtant, sont tombés amoureux de la même femme, ont dû partager la maison car la coexistence entre les deux devenait impossible.

Aux abords du quartier de Monti se trouve un édifice très particulier, l’ église de S. Antonio , un édifice de culte en forme de trullo. L’église de S. Antonio a été construite en 1927 avec une entrée monumentale surmontée d’une rosace.

RIONE AIA PICCOLA

L’autre quartier composé de trulli est le quartier Aia Piccola , c’est beaucoup plus intime car il n’y a pas d’activités commerciales en son sein. Près d’Aia Piccola et de la Piazza del Popolo, il y a une agglomération de trulli appelée Casa Pezzolla , où a été installé le Musée du Territoire , où sont exposés des outils de la tradition paysanne et où l’utilisation de la pierre dans la société locale est illustrée.

MAISON DE L’AMOUR

Parmi les nombreux bâtiments, se distingue la Casa d’Amore , la première maison construite avec du mortier, un trullo d’un étage avec un petit balcon ; La Casa d’Amore est un monument national depuis 1930.

Basilique de Côme et Damiano

La basilique dei Santi Medici Cosma e Damiano a été construite au XVIIIe siècle à proximité d’une ancienne église rurale; on y accède en montant un escalier et en franchissant un beau portail en bronze richement orné de bas-reliefs. À l’intérieur de nombreux tableaux, la Madonna di Loreto présente sur l’autel principal et les fresques de l’abside; l’église conserve également d’importantes reliques des saints auxquels elle est dédiée.

TRULLO SOUVERAIN, LE PLUS GRAND D’ALBEROBELLO

Derrière la Basilique dei Santi Medici, le Trullo Sovrano se distingue avec ses 14 mètres de hauteur. Le Trullo Sovrano est la plus grande structure du pays et la seule à deux étages, elle a été construite au milieu des années 1700 et représente le point culminant de la technique de construction sèche. Il se visite actuellement et est meublé de meubles traditionnels.

(source Puglia.com )

LOCOROTONDO

Là où la Murgia descend, il y a la Vallée d’Itria , un tampon vert à mi-chemin entre l’Adriatique et l’Ionien et Locorotondo surplombe cette plaine, entourée de petites collines. Il se dresse propre et silencieux au sommet d’une colline qui entoure les derniers contreforts murgiens de la région de Bari.

Harmonieusement arrondie comme le suggère le toponyme lui-même, Locorotondo doit son nom à la morphologie prise par le premier centre habité, construit vers l’an 1000.

Au sommet de la colline sur laquelle se dresse Locorotondo se trouve la Villa Comunale , un arrêt obligatoire pour admirer l’étendue d’oliviers centenaires et de trulli qui composent la Vallée d’Itria. De la Villa, vous pourrez facilement rejoindre la majestueuse église mère de San Giorgio Martire , dédiée au saint patron de la ville et construite entre 1790 et 1825 avec un clocher de près de 50 mètres de haut. L’intérieur de la croix grecque abrite des œuvres du peintre napolitain Federico Maldarelli et un beau chœur en bois provenant d’une église précédemment construite sur le même site.

Église de S. Maria della Greca

En passant par Cavour, vous arriverez à l’ église de S. Maria della Greca , avec ses belles formes romanes. L’ église est la plus ancienne de Locorotondo , bien que nous n’ayons des nouvelles que de sa dernière construction, datant de 1480 par Pirro Orsini del Balzo, prince de Tarente. La façade est à pignon avec pente latérale, sur le portail d’entrée il y a une rosace qui a remplacé la précédente médiévale qui a été détruite au XXe siècle. Les peintures conservées à l’intérieur sont toutes du XVIe siècle.

Jazzilli : les trulli unifamiliaux

La campagne environnante mérite certainement une belle promenade, parsemée de trulli, les agglomérations construites autour des soi-disant jazzili sont très intéressantes : groupes de trulli unifamiliaux avec des services communs tels que la citerne, la basse-cour et une petite chapelle.

Contrada de San Marco

A 5 kilomètres de la ville, près de la Selva di Fasano se trouve le quartier peuplé de San Marco , ici se trouve l’église rurale homonyme construite en 1678, avec une croix latine avec un clocher et un toit recouvert de pierres, réalisé avec une technique similaire à celle utilisée pour les toits des trulli.

(source Puglia.com )

Martine Franca

Martina Franca est une ville du XIVe siècle qui s’élève au milieu de la vallée d’Itria et qui fait partie du territoire municipal du Bosco delle Pianelle . Fréquentée depuis le Néolithique, elle a été fondée par le prince de Tarente Philippe Ier d’Anjou. La ville est connue pour son architecture baroque et le festival de musique Valle d’Itria .

VILLA MUNICIPALE ET ÉGLISE DE S. ANTONIO

Le centre-ville est représenté par la Piazza XX Settembre, dominée par la Villa Comunale , autrefois le jardin du couvent des Grâces. À côté de la villa se dresse l’ église du XVe siècle de S. Antonio ; avec la façade néoclassique construite en 1835, il conserve deux sculptures de Stefano da Putignano.

PALAIS DUCAL

En traversant une arche, vous atteignez le centre historique où se dresse le Palazzo Ducale , qui abrite actuellement la mairie, construite en 1668 sur un château préexistant. La haute façade baroque à deux étages séparés par un long balcon est frappante. Les salles entièrement décorées de fresques du Mythe, de la Bible et de l’Arcadie sont d’une importance considérable. Le Palazzo Ducale abrite également le Museo del Bosco delle Pianelle.

BASILIQUE DE S. MARTINO

En prenant le Corso Vittorio Emanuele, une autre façade baroque se dresse devant vos yeux, c’est la Basilique de S. Martino, construction du milieu des années 1700, sur laquelle se dresse le beau portail surmonté du groupe sculpté de S. Matino et des pauvres. L’intérieur est une croix latine à nef unique, richement décorée, très beau maître-autel sur les côtés duquel se trouvent deux statues en marbre de la Charité et de la Maternité.

(source Puglia.com )

Cisternino

Cisternino , l’un des plus beaux villages d’Italie , se dresse sur une colline verdoyante et se caractérise par une architecture résultant d’un peuplement spontané, avec des maisons mitoyennes blanches typiques et des escaliers extérieurs. Il est conseillé de s’arrêter pour un apéritif sur la Piazza dell’Orologio.

LA VILLA MUNICIPALE ET L’ÉGLISE

En entrant dans la ville, il vaut la peine de s’arrêter à la Villa Municipale , dont le belvédère permet de se promener sur la Vallée d’Itria. De l’autre côté de via Manzoni se trouve l’ église mère de San Nicola, d’origine romane, le bâtiment a été construit sur une église paléochrétienne précédemment utilisée par les moines basiliens.

La façade actuelle de style néoclassique a été construite en 1848, l’intérieur a trois nefs divisées par des colonnes, l’une des sculptures les plus célèbres de la Renaissance des Pouilles est conservée ici : la Vierge à l’enfant et l’offrande , également connue sous le nom de Madonna del Cardellino , réalisée par Stefano de Putignano en 1517. L’église abrite de nombreuses œuvres d’art telles que les fresques de la nef gauche ou la belle statue de San Nicola.

LES TOURS DE CISTERNINO

Devant l’église s’élève la tour normande-souabe , construite entre les XIe et XIIe siècles, elle est aussi appelée la Grande Tour car elle était la plus grande du système défensif de la ville. La tour mesure environ 18 mètres de haut et étant donné qu’elle n’a ni fentes ni mâchicoulis, il est concevable qu’il s’agissait d’une tour de guet ou de signalisation. Un peu plus loin se dresse une autre tour, de forme cylindrique et appartenant au système défensif de l’époque aragonaise.

Sur la place principale du XIXe siècle, la Tour de l’ Horloge , symbole de la ville et lieu de prédilection de la vie nocturne estivale, fait belle figure.

(source Puglia.com )

Inglese

Tedesco

Spagnolo